You Never Know

Emmanuel Lagrange Paquet |

Opening on Thursday March 27th 2014 at 5pm

It is with great enthusiasm that LA CHAMBRE BLANCHE hosts its first Quebec artist of the 2014 season. Emmanuel Lagrange Paquet a young Montreal artist with a brand new carrier will be spending his in situ residency at LA CHAMBRE BLANCHE. Emmanuel Lagrange Paquet works with many divers disciplines such as video, and numeric imagery. He uses printing and installation processes in other to create a form of entry way into an imaginary world that brings us to rethink our contemporary mythology; to somehow makes us want to project ourselves out of the screen in a wish to enhance our human condition. The artist questions the cinematographic mythologies and it’s narrative devices. His work appropriates signs of theses contemporary mythologies in order to blend them in divers decontextualization games. His project YOU NEVER KNOW springs for the same desire to enhance the narrative. Lagrange Paquet will conceive a using the Kinect with which he’ll capture parts of the bodies of the visitors. Each image will undergo transformations and will be turned into a constellation, a star. You are therefore invited to become a star on the opening night of March 27th at 5pm. Text: Claude Chevalot


Bio

La pratique artistique d'Emmanuel Lagrange Paquet se développe au croisement de disciplines telles que la vidéo, l’image numérique, les procédés d’impression et l'installation. Plus particulièrement, son travail se tourne vers les problématiques suivantes : l’appropriation du patrimoine mythologique au cinéma et l'esthétique des interactions humains-ordinateurs. Artiste québécois, le travail de Lagrange Paquet a été présenté entre autres dans le cadre de la Biennale Internationale d’Art Numérique de Montréal à l’exposition Variances à la Maison de la Culture Frontenac (2012) et durant le Festival Nouveau Cinéma (2012-2011-2008). Il détient un baccalauréat et une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l'Université du Québec à Montréal (2008-2014) et un diplôme d'études collégiales en arts plastiques (2003).

Bio

La pratique artistique d'Emmanuel Lagrange Paquet se développe au croisement de disciplines telles que la vidéo, l’image numérique, les procédés d’impression et l'installation. Plus particulièrement, son travail se tourne vers les problématiques suivantes : l’appropriation du patrimoine mythologique au cinéma et l'esthétique des interactions humains-ordinateurs. Artiste québécois, le travail de Lagrange Paquet a été présenté entre autres dans le cadre de la Biennale Internationale d’Art Numérique de Montréal à l’exposition Variances à la Maison de la Culture Frontenac (2012) et durant le Festival Nouveau Cinéma (2012-2011-2008). Il détient un baccalauréat et une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l'Université du Québec à Montréal (2008-2014) et un diplôme d'études collégiales en arts plastiques (2003).

Démarche

La pratique d'Emmanuel Lagrange Paquet se centre sur des problématiques spécifiques à l'appropriation cinématographique et à l'esthétique des interactions humain-ordinateur (HCI). Ces problématiques se déploient dans une pratique multidisciplinaire qui passe de la vidéo générative à l'installation interactive en passant par les procédés d'impressions. Que ce soit par « remake » ou appropriation, il utilise des signes de la culture populaire qui sont, pour lui, une porte d'entrée pour le spectateur vers un univers réinventé où les acteurs de nos mythologies contemporaines sont réarticulés dans une volonté de repenser notre condition humaine grâce aux possibilités que nous offrent nos outils technologiques. Il s'approprie les signes de ces mythologies dans l'optique d'en métisser le sens dans divers jeux de décontextualisation; remontage, collage vidéo, manipulation visuelle à partir d'interfaces physiques, traduction de données et déclinaison plastique sont différents procédés utilisés dans ces détournements.

Démarche

La pratique d'Emmanuel Lagrange Paquet se centre sur des problématiques spécifiques à l'appropriation cinématographique et à l'esthétique des interactions humain-ordinateur (HCI). Ces problématiques se déploient dans une pratique multidisciplinaire qui passe de la vidéo générative à l'installation interactive en passant par les procédés d'impressions. Que ce soit par « remake » ou appropriation, il utilise des signes de la culture populaire qui sont, pour lui, une porte d'entrée pour le spectateur vers un univers réinventé où les acteurs de nos mythologies contemporaines sont réarticulés dans une volonté de repenser notre condition humaine grâce aux possibilités que nous offrent nos outils technologiques. Il s'approprie les signes de ces mythologies dans l'optique d'en métisser le sens dans divers jeux de décontextualisation; remontage, collage vidéo, manipulation visuelle à partir d'interfaces physiques, traduction de données et déclinaison plastique sont différents procédés utilisés dans ces détournements.




Vous aimez?

Partagez cette programmation sur les différents réseaux sociaux.

Partage: