Nous Aurons Toujours l'Automobile (We Will, Always, Have Cars) and 24-hour creation spree

Hugo Nadeau |

From October 26, 2014 to November 1st, 2014 24-hour creation spree : From noon on October 25 to noon on October 26, 2014

From October 26 to November 1st 2014, LA CHAMBRE BLANCHE welcomes Hugo Nadeau for a short digital art production residency. From noon on October 25 to noon on October 26, a 24-hour creation spree will take place. The public is invited to attend. Transforming an existing video game, Hugo Nadeau propels us into a post-apocalyptic universe, a future when all the possible human and environmental catastrophes have already happened. He defines the contours of a planet-wide revolution, a sort of anarchist utopia, an environment that the gamers are invited to discover. Nadeau follows up on the work he started last March. He intends to incorporate to this new version of the game, as many cars as possible (in working condition as well as in pieces) and a few containers illustrating our consumption habits (shopping carts and wheelie bins). To help him in this process, Hugo Nadeau invites his fellow artist Pierre-Luc Lapointe to create a virtual background with the software Blender thus allowing for the addition of three-dimensional images and animations. Nous Aurons is a user-friendly game even for novice. During the 24h creation spree, the public is invited to play but also to contribute to the evolution of Nous Aurons.


Bio

Libre acteur des arts visuels et médiatiques, de l'art action et de la poésie, Hugo Nadeau a présenté ses projets au Canada, aux États-Unis, au Brésil, en Angleterre ainsi qu'en Chine. Son parcours diversifié et sa vision conceptuelle de l'art l'ont mené à développer une série de projets perpétuels comme la Conspiration H1N1, Projet Citoyen Modèle, la LHN (Ligue Hugo Nadeau), le C.A.C.H.E. (Centre d'Art Caché d'Hugo pour l'Éternité) et à s'inventer une certaine indépendance médiatique. Il est originaire de Saint-Zacharie en Chaudière-Appalaches et vit à Montréal.

Démarche

Mon parcours imite la façon avec laquelle se structurent nos institutions et sociétés. Je développe des projets - performances, installations, estampes numériques, poèmes, projets permanents - dont le contenu commente le contexte (époque, journée). Je me considère comme un artisan des nouvelles technologies, visant un travail ramifié, bien fait, coupé de l'influence qu'exerce la recherche de profits. Je joue ma notoriété en développement pour conduire une réflexion sur l'égotisme et l'auto-création. M'y appliquant essentiellement seul, je vise à piéger les prévisions et transformer les lieux où je m'active en défendant le partage des connaissances, informations et outils. Je crois en un art exerçant un pouvoir perméable ainsi qu’en une démocratie généralisée. Je crois que les structures humaines sont malléables. En testant et défendant mes propres systèmes, je développe un art performatif et m’invente une place au fort des organisations. De là, j’œuvre à servir d'exemple, à gruger l’os de nos contradictions, de nos illusions et de nos facilités.




Vous aimez?

Partagez cette programmation sur les différents réseaux sociaux.

Partage: