Deslocamento

Karina Montenegro |

5@7 d'ouverture le jeudi 27 septembre 2012
Programme d'échange avec le MIS, Avatar et La Bande Vidéo

En s’inspirant du philosophe Michel Foucault, Karina Montenegro s’empare de la notion d’hétérotopie pour inventer des espaces incompatibles qui se juxtaposent, que l’on ne peut ni localiser, ni comparer à aucun autre espace, mais à travers lesquels on fait l’expérience d’une utopie parfaite physique et mentale. Métaphore de dualité et de contradiction, le miroir est l’outil de prédilection de l’utopie – objet tactile, mais porteur d’images irréelles. Deslocamento est une installation interactive qui déforme l’espace par l’utilisation d’un miroir tournant reflétant des lignes projetées. L’œuvre vise à engendrer une expérience physique et optique chez le spectateur, mais aussi à le provoquer à observer sa propre relation dynamique avec l’espace qui l’entoure. En changeant la perspective initiale, Deslocamento amène le spectateur vers une spatialité hétérotopique. Dislocamento est la suite de l’œuvre Digital Interruption, effectuée à LabMis, São Paulo, Brésil. Karina Montenegro effectue sa résidence en profitant du programme d’échange entre le Musée de l’Image et du Son de São Paulo, Brésil, et LA CHAMBRE BLANCHE, Avatar et La Bande Vidéo, Québec.



Bio

Née en 1976, Karina Montenegro vit et travaille à São Paulo (Brésil). Artiste, programmeuse et chercheuse en art, design, audiovisuel et médias numériques, elle s’intéresse à la convergence entre ces différents domaines. Elle a étudié les mathématiques, la mode et détient un certificat de spécialiste de la couleur du New York Fashion Institute of Technology. Elle est présentement artiste en résidence au LABMIS, le laboratoire de nouveaux médias du Musée de l’Image et du Son de São Paulo. Elle est membre du collectif Zilch, qui a été récompensé par l’Institut Sergio Motta pour leur vidéo intitulée f.lux. Son travail a été présenté à plusieurs reprises au Brésil, principalement dans le cadre d’événements d’art électronique.

Démarche

Karina Montenegro s’intéresse à la convergence entre art, technologie, et médias numériques et audiovisuels. Son travail explore la relation entre l’image et l’espace et comment les nouvelles technologies altèrent notre perception du temps et de l’espace. Elle vise à créer des transformations spatiales par le biais d’études précises en mathématique et en physique, qui interrogent la conversion des données numériques en phénomènes optiques. Nous faisons l’expérience du monde environnant par le biais de notre perception des formes et des couleurs, qui se transforme par la suite en savoir judicieux par son inclusion intuitive dans une unité d’espace-temps. Au centre du travail de l’artiste est la question de comment notre perception du temps et de l’espace est influencée par les nouvelles technologies ? Jusqu’à quel point sommes-nous responsables de l’invention de l’unité d’espace-temps que nous habitons, et comment ceci nous conditionne-t-il ?




Vous aimez?

Partagez cette programmation sur les différents réseaux sociaux.

Partage: