Valérie Blass / Le manipulateur manipulé

Valérie Blass |

5@7 d'ouverture le jeudi 11 avril 2013

LA CHAMBRE BLANCHE est très fière d’accueillir l’artiste montréalaise de grande renommée, Valérie Blass, qui sera en résidence de production in situ du 18 mars au 21 avril 2013. Le projet de l’artiste s’inscrit dans une période de recherche et création qui durera un an et se terminera avec une exposition solo à Parision Laundry en janvier 2014. Le travail sculptural de Valérie Blass joue savamment avec un grand registre de références provenant de l’histoire de l’art et de la sémantique, et vise à déséquilibrer l’habitude perceptive chez le spectateur, ainsi que ses automatismes de reconnaissance formelle et tangible, en mettant en avant de nouvelles structures sensibles et de formules véridiques audacieuses. Valérie Blass puise dans les objets et situations quotidiennes, les décortique et réassemble, les réinvente et les positionne dans un équilibre fragile entre le reconnaissable et l’étrange, en laissant une place pour toute association arbitraire. Dans son travail coexistent de multiples couches sensibles (et de sens), dans lesquelles la matière devient forme — tantôt abstraite, tantôt concrète —, tout en générant des instants perceptifs ambivalents. La présence soulignée de formes anthropomorphiques, qui surgissent de la masse ou s’y fondent, amplifie cette impression d’étrangeté que le spectateur éprouve devant les sculptures de Valérie Blass, puisque la véracité de son propre corps anatomique et sensible est remise en question.


Bio

Valérie Blass détient un Baccalauréat et une Maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal. Invitée à participer à la première Triennale du Québec au Musée d’art contemporain de Montréal, elle a présenté ses oeuvres dans plusieurs expositions individuelles à Montréal, à la galerie Circa, la galerie B-312, Dare-Dare, galerie Foreman à Sherbrooke, à Québec à L’Oeil de poisson et à Toronto au Museum of Canadian Contemporary Art. Elle a participé à des expositions de groupe organisées par Power Plant, Toronto, par la galerie Clark et la Blackwood Gallery. Le Musée d’art contemporain de Montréal a rapidement acquis une de ses sculptures pour la collection permanente. Ses œuvres se trouvent également dans la Collection de prêt d’œuvres d’art du Musée national des beaux-arts du Québec, la collection de la Banque Royale du Canada, la collection de la Banque Nationale du Canada, le Musée des beaux-arts du Canada, le Musée des beaux-arts de Montréal et de nombreuses collections. En 2012, le Musée d’art contemporain de Montréal a présenté une exposition des dernières œuvres de l’artiste, qui a été en tournée à Art Gallery of Hamilton (Ontario) et Illingworth Kerr Gallery (Alberta) et qui a fait sujet d’une grande publication.

Démarche

Mes sculptures proposent des formes hybrides, étrangement familières, qui jouent sur la frontière entre figuration et abstraction. En réalisant des œuvres délibérément équivoques, je cherche à instaurer un dialogue sémantique entre l’objet et la sculpture, le sensible et le tangible, l’arbitraire et la logique. Parfois, des formes abstraites semblent, de prime abord, de nature formalistes, mais deviennent vite, lorsqu’on y regarde de plus près, anthropomorphiques. Dans le but avoué et assumé de provoquer des comparaisons et des associations arbitraires qui défont les hiérarchies entre l’abstraction et la figuration, je veux que notre capacité de reconnaissance soit piégée ou plutôt, que notre réflexe à référer trop rapidement une œuvre soit enlisé dans une perte et un surplus de sens. Mettre le regardeur sur la fausse piste du surréalisme, du minimalisme ou de la sculpture de genre.




Vous aimez?

Partagez cette programmation sur les différents réseaux sociaux.

Partage: